Le problème entre Huawei et l’USA

By Laurent LOUIS-THERESETélécom, , , , With 0 comments

Le problème entre Huawei et l’USA ne date pas seulement d’aujourd’hui. Huawei, le géant chinois des télécoms a d’ailleurs déjà porté plainte contre le gouvernement américain pour « inconstitutionnalité » étant donné que ce dernier avait interdit aux agences fédérales et à leurs sous-traitants d’utiliser les produits du groupe chinois pour accusation d’espionnage. La guerre semble être interminable.

Pourquoi Google veut empêcher à Huawei d’utiliser Android ?

Non, ce n’est pas réellement Google qui veut empêcher à Huawei d’utiliser Android, c’est plutôt un décret de gouvernement américain qui lance une interdiction aux entreprises américaines de traiter avec Huawei. Cette décision a donc conduit Google à rompre sa relation commerciale avec Huawei même si ce géant a beaucoup à perdre qu’à gagner.

Cette annonce concerne en particulier les licences GMS dont certains API et la licence Android concernant les services Google dont YouTube, Play Store, Gmail, Maps et autres. Certes, à travers l’initiative open source AOSP de Google, Huawei peut télécharger Android, mais proposer cet écosystème viable dans le monde sans Google est compliqué, car rappelons que seulement pour les notifications par exemple, nombreuses apps utilisent des API Google.

Pourquoi le gouvernement de Trump veut à tout prix bloquer Huawei sur le sol américain ?

Le 15 mai dernier, le président américain Donald Trump a interdit aux réseaux américains de télécoms de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque dont Huawei.

Si le gouvernement de Trump veut absolument bannir Huawei du sol américain, c’est parce que Washington porte accusation d’espionnage sur ce groupe chinois. Selon les USA, cette décision a été prise pour mieux protéger le pays et sa population, mais le reste du monde juge plutôt cette décision comme une affaire de concurrence.

Interdiction de la 5G d’Huawei en USA, Pékin et Macron réagissent à la décision de Trump

Cela fait un certain temps que le USA abuse de la puissance pour jeter le discrédit de façon délibérée sur les entreprises chinoises, ce qui n’est ni respectable ni juste. Pour se mettre contre le secteur technologique chinois, cette mesure a été la plus sévère prise par le gouvernement de Donald Trump. Il s’agit d’un affrontement commercial de taille, car USA et Chine sont les deux premières économies mondiales.

La Maison-Blanche affirme toutefois que des adversaires étrangers profitent de façon croissante des vulnérabilités dans les services et les infrastructures technologiques de l’information et de la communication aux USA. Face à cette grande nouvelle, Pékin a mis Washington en garde contre une atteinte aux relations commerciales, car il estime que cette action va nuire davantage aux relations économiques et commerciales. Pékin qualifie même cette décision de manœuvre déloyale faussant la concurrence.

Depuis Paris, Macron juge le décret de Trump inapproprié, car selon lui, au lieu de lancer une guerre technologique ou une guerre commerciale, qui constitue plutôt un blocage, il serait plus avantageux de penser au renforcement de la sécurité et à la souveraineté européenne, et c’est ce que la France essaie de faire pour laisser libre voie au développement de l’emploi, de l’innovation, des affaires, car Emmanuel Macron croit au multilatéralisme et à la coopération.

Un retour en arrière nécessaire pour éviter une crise diplomatique

À peine quelques jours après la publication du décret portant sur l’interdiction de toute coopération des entreprises américaines avec des sociétés de télécommunication « présentant un risque pour la sécurité nationale », dont Huawei, il se trouve que Donald Trump pourrait faire marche arrière.

Pour ne pas mettre en difficulté les partenaires actuels de l’entreprise chinoise, l’administration américaine pourrait assouplir son interdiction selon la déclaration d’un porte-parole du Ministère du Commerce aux États-Unis.

Même si les restrictions sont sévères concernant Huawei, il pourrait tout de même travailler avec des entreprises américaines, mais uniquement pour assurer une partie technique. La société chinoise n’aura donc pas le droit d’utiliser des technologies américaines pour créer de nouveaux produits, mais elle assurera juste d’alimenter certains opérateurs du pays pour que les Américains utilisant Huawei puissent continuer à utiliser internet.